Actu Rufisque

Rufisque : La COSYDEP dit non à la déperdition scolaire et milite pour une école inclusive sans marginalisation

Rufisque : La COSYDEP dit non à la déperdition scolaire et milite pour une école inclusive sans marginalisation

Dans le cadre de sa campagne « UBBI TEY JANG TEY » et la perspective d’une large prise de conscience pour un portage social pour le respect du temps d’apprentissage minimal, la COSYDEP/Dakar a organisé un panel ce mercredi  04 novembre 2020 au Collège Saint Joseph de Rufisque sur le thème : « Déperditions scolaires, droits des groupes vulnérables et marginalisés ».

Occasion pour Mame Mor Fall, coordonnateur de l’antenne régionale de la COSYDEP de Dakar de revenir sur l’importance de ce panel et de la thématique choisie. Selon lui, « nous sommes réunis aujourd’hui pour échanger avec les différents acteurs éducatifs de Rufisque à travers un panel qui a comme thème  » Déperditions scolaires, droits des groupes vulnérables et marginalisés ». Cela a été l’occasion de discuter sur les causes et conséquences des déperditions scolaires, mais aussi de revoir le système à travers les différentes lois, conventions et les différentes mesures pour vraiment prendre en charge les groupes marginalisés, notamment les enfants qui sont en situation de vulnérabilité et les handicapés ». Poursuivant, M. Fall d’ajouter que par rapport au contexte actuel de pandémie, « nous allons tout faire pour que « UBBI TEY JANG TEY » soit une réalité au niveau de la région de Dakar, mais il suffira juste de sensibiliser la communauté notamment les parents d’élèves, mais aussi prendre en charge les infrastructures scolaires, les rendre aptes de façon à accueillir les enfants d’ici la rentrée », a t-il dit.

Présent à ce panel, l’inspecteur de l’enseignement élémentaire, par ailleurs secrétaire général de l’IEF de Rufisque commune, Maguèye Guèye soutient que c’est un panel qui vient à son heure et c’est important de parler de déperdition scolaire parce que c’est un problème qui est là. « Tous les élèves qui entrent en classe de CI ne terminent pas leur scolarité. Ce qui fait que nécessairement nous devons réfléchir par rapport aux solutions à trouver à ce fléau. C’est tout à fait normal qu’on associe à cela aussi les droits des groupes vulnérables, parce qu’en général ceux qui ne terminent pas leur cursus scolaire sont issus parfois de familles défavorisées ou bien vivent dans des conditions très difficiles et beaucoup de facteurs convergent pour justement empêcher ces derniers de terminer leur cursus. Le dispositif réglementaire est là, mais c’est l’application qui pose problème », a t-il déclaré.  Par ailleurs M. Guèye a informé qu’ici à Rufisque avec l’appui des autorités administratives  toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour que les élèves et les maîtres arrivent dans un environnement sécurisé avec le respect des dispositions sanitaires.

Dakaractu

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 25 =


Bouton retour en haut de la page