Justice

Escroquerie foncière: El Hadj Mor Ndiaye «Bata» vend un terrain « inexistant « à une émigrée

Escroquerie foncière: El Hadj Mor Ndiaye «Bata» vend un terrain « inexistant « à une émigrée

Fatimata Agne est une émigrée sénégalaise basée aux USA. Après plus de quatorze ans passés au pays de l’oncle Sam, elle manifeste le désir d’acheter un terrain pour y construire une maison où elle pourrait résider à chacun de ses séjours au pays. Malheureusement, son espoir d’avoir un toit va se fondre comme du beurre au soleil du fait d’une escroquerie foncière dont elle a été victime.

C’est une femme déçue et pleine de remords qui s’est présentée devant la barre du tribunal correctionnel de Pikine – Guédiawaye. Selon la plaignante, toutes ses économies de ces dernières années ont été englouties dans cette transaction immobilière qui a mal tourné pour elle. Soit près de quatorze millions FCFA. A l’en croire, ce qui lui fait le plus mal c’est moins l’argent qu’elle a perdu que la machination orchestrée par les prévenus pour la dépouiller. « Tout a été savamment orchestré par ces gens pour me soutirer de l’argent « a- t-elle pesté à la barre. « J’ai voulu acheter un toit pour ma famille et moi. Maintenant, je ne reste plus longtemps aux USA et chaque année, je viens au Sénégal au moins deux fois. Avec l’achat de cette maison, je voulais préparer mon retour, je prends de l’âge « a expliqué Fatoumata Agne. Malheureusement pour elle tout ne se passe pas comme prévu.

Le terrain acheté auprès de l’octogénaire El hadj Mor Ndiaye «bata « n’existait pas. En 2014, le président de la République avait pris un décret pour exproprier le TF 1 de Guédiawaye pour cause d’utilité publique. L’émigrée ne savait rien de cela et a acheté un terrain en 2015 sur ce site ayant fait l’objet d’une expropriation. «Je leur ai versé la somme de 14 millions en tout et pour tout. Je leur ai d’abord remis 7 millions FCFA en mains propres et le restant a été versé devant notaire et ce dernier a cherché l’état des droits réels en trois jours qu’il m’a remis.

Le « deal » a été éventré lorsque, de retour d’un voyage, je suis allée au niveau des Domaines pour régulariser certains documents. C’est alors que les agents m’ont indiqué que le terrain n’existait pas car les propriétaires ont été expropriés depuis 2014» a poursuivi la plaignante d’une voix tremblotante devant les juges. C’est lorsque des poursuites ont été entamées que le nom d’Ibrahima Ndiaye est apparu. Ce dernier s’est présenté au commissariat de police après le dépôt de la plainte de la bonne dame pour dire qu’il était le propriétaire du terrain. Certes son nom n’y figurait pas mais celui de Cheikh Ndiaye, neveu de Cheikh Sarr, l’ex-maire de la ville de Guédiawaye.

«Le terrain m’a été attribué par l’ex-maire de Guédiawaye Cheikh Sarr. J’avais un problème ponctuel à régler c’est pourquoi je me suis rapproché du vieux El Hadj Mor Ndiaye «bata» afin de lui vendre le terrain. Cela dit, je n’ai jamais su que le terrain a été vendu pour une somme de 14 millions. Je n’ai reçu que 3 millions FCFA. Je n’ai jamais su aussi que le terrain avait des problèmes et que l’État avait exproprié au profit de l’Ageroute» a soutenu le prévenu devant la barre. Selon Me Samba Ametti de la partie civile, sa cliente a subi une escroquerie véritable.

«Revenue des USA, elle a souhaité acheter un terrain pour, lorsqu’elle reviendra au Sénégal, avoir une maison dans laquelle habiter. On l’a mise en contact avec Mor Ndiaye «bata» qui lui a vendu un terrain à 14 millions. Un acompte de 7 millions a été versé et le reste devant notaire. Ce qui est apparu c’est que quand ma cliente est allée devant le notaire, elle a versé la somme de 7 millions et ce dernier a encaissé près de 800 Mille FCFA. Trois jours après, on lui a montre un titre des droits réels. Mais, en 2014 un décret a été signé par le président de la république pour exproprier le TF 1 de Guédiawaye.

Sur l’état des droits réels, il n’y avait qu’Ageroute et l’État du Sénégal et Cheikh Ndiaye n’était pas propriétaire. Ce n’est pas Cheikh Ndiaye qui a signé l’acte de vente. C’est Mor Ndiaye qui a encaissé l’argent sans être propriétaire » a tenté de démontrer l’avocat de la partie civile. Poursuivant, il estime qu’il y a eu vente sur une chose inexistante car depuis 2014 ce terrain n’existe plus. Sur les intérêts civils, Ibrahima Ndiaye a versé devant le commissaire plusieurs tranches pour une somme de 13 millions FCFA. Ma cliente est profondément atteinte. Lui allouer la somme de 7 millions FCFA de dommages et intérêts» a-t-il plaidé. Quant au procureur, il a requis six mois d’emprisonnement ferme. L’affaire est mise en délibéré pour le 08 décembre prochain.

Le Témoin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 + 22 =


Bouton retour en haut de la page